Nous soutenons ce site: L'école à la maison

0 comments

Comment je vais recréer la France

Et en république française à part Monaco ?

Il existe la République du Saugeais ! C’est une micronation selon wiki.
Le Saugeais est une micronation autoproclamée, composée de onze communes dans le Haut-Doubs, et réunies en une « république héréditaire » baptisée République libre du Saugeais.
Montbenoît est la capitale de cette « république ».

Afin de racheter des fautes, Landry, seigneur de Joux, fait don de cette terre inculte recouverte de forêts à Humbert de Scey, archevêque de Besançon. Ce dernier fait appel aux chanoines de Saint-Maurice d’Agaune (Suisse), ainsi qu’à des Savoyards pour la défricher et construire l’Abbaye de Montbenoît.
Organisée par un ermite nommé Benoît, venu se retirer depuis la fin du siècle précédent en «une solitude dans les neiges et parmi les ours», la communauté religieuse de l’abbaye exerce le pouvoir seigneurial sur cette terre jusqu’à la Révolution et contribue largement à la mise en valeur de cette portion de la Vallée du Doubs.
En 1947, le préfet du Doubs, Louis Ottaviani, de passage à Montbenoît, déjeune à l’hôtel de l’Abbaye, dont le patron est Georges Pourchet. Lorsque le préfet entre à l’hôtel, le propriétaire lui demande sur le ton de la plaisanterie s’il a un laissez-passer pour venir en la République du Saugeais. Surpris, le préfet lui demande : « Monsieur Pourchet, expliquez-moi cela. » Après les explications, le préfet lui déclare, plaisantant lui aussi : « À une République, il faut un président. Eh bien, je vous nomme président de la République libre du Saugeais. » Georges Pourchet décide alors de prendre ce titre en charge.
Après la mort de Georges Pourchet en 1968, la République reste quatre ans sans président. En 1972, alors que sa veuve Gabrielle Pourchet organise un repas de kermesse au bénéfice de la restauration de l’abbaye, elle est élue présidente à vie. Elle tente alors de structurer la République par la nomination d’ambassadeurs, la frappe de monnaie ou la création d’un passeport.
Il existe un hymne saugeais, composé en 1910 sur une musique de Théodore Botrel, le barde breton, par le chanoine Joseph Bobillier, né à Montbenoît. En outre, un timbre français de 2,50 francs, incluant les symboles du Saugeais (blason médiéval, abbaye de Montbenoît, rivière), est édité en 1987.

Cocasse: En 1999, le sous-préfet de l’arrondissement de Pontarlier, Jean-Luc Fabre, s’offusque d’un contrôle. Ayant « tourné les talons », il rédige une note mettant en cause un fonctionnement « incompatible avec les principes qui s’imposent aux dépositaires de l’autorité publique ». Il présente toutefois ses excuses avant d’être muté.


Tags

etat libre, micro-nation


You may also like

La société normalisée, selon Nietzsche

Leave a Repl​​​​​y

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Direct Your Visitors to a Clear Action at the Bottom of the Page